LE CHANTIER MOBILE STATION N°4

30 août 2011 dans Blog

Jeudi 25 août s’est déroulée la station 4 du chantier mobile d’Evento 2011. Le chantier s’est établi dans le centre équestre L’oxer avenue de Bellevue, derrière les pistes de l’aéroport de Mérignac. Cette zone transitoire par excellence a été l’occasion de mener une réflexion autour de la thématique des Frontières contemporaines, lisières, murs, clôture et du cosmopolitisme.


ATELIER

La station 4 débutait à 17h par une démonstration de mini et micro drones par AMKZ spécialiste de l’invention robotique et aérienne. La délicatesse de ces petites merveilles de technologie essentiellement sollicitées pour le cinéma, requiert une grande maîtrise du téléguidage dont nous avons pu avoir un bel aperçu. L’effet visuel était saisissant, produit par le ballet aérien de ces étranges insectes aux allures futuristes que le décollage des avions venait ponctuer en arrière-plan.


TEMOINS

Après ce défi singulier lancé à la pesanteur, sont venus témoigner de leurs initiatives respectives pour abolir les frontières du savoir et de la culture les membres de deux associations :

Humanisme sans frontière, représentée jeudi par l’un de ses deux fondateurs G.S. Zeiller, ancien professeur de philosophie, est une association philosophique qui défend l’idée d’une ouverture de la discipline à tous ceux qui souhaitent « mettre le bonheur en perspective », loin des préjugés élitistes sur l’accès au savoir. La démarche de ses membres se matérialise par une vitrine, l’Espace Philo, situé au 42, rue Bouquière : un lieu de conférences, d’échanges et de rencontres où le sourire est de mise.


Effort 2 Conscience, association mérignacaise représentée par l’artiste Kalam (jeu étymologique entre l’instrument de pratique et la « parole » en arabe), venu présenter une association qui depuis 2003 travaille à l’ouverture de toute forme de public à l’expression personnelle par l’écriture, l’image et la musique au moyen d’ateliers pratiques. Cette démarche transculturelle fondée sur l’action avant tout, s’étend aujourd’hui à toute l’Aquitaine. Depuis l’an dernier, l’association fait partie du RAMA (http://www.le-rama.org/), le Réseau Aquitain des Musiques Actuelles.


PREFIGURATION

Eric Troussicot a ensuite reçu à la table du chantier mobile Paul Jorion. Chercheur émérite en Sciences Sociales, homme au parcours atypique oscillant entre formation universitaire et autodidacte, Paul Jorion fait autorité dans le domaine de l’intelligence artificielle et est expert de la crise économique actuelle. Son blog est un des plus visités aujourd’hui et il est l’auteur de nombreux ouvrages tels que L’argent mode d’emploi (Fayard, 2009) ou La crise. Des subprimes au séisme financier planétaire (Fayard, 2008). Il exposait jeudi sa conception d’une économie actuelle dont la complexité et l’abstraction empêchent désormais la pleine maîtrise et la juste analyse. L’ampleur de cette complexité donne le dessus à l’instabilité et place l’ensemble du système économique dans une impasse à laquelle personne ne semble en mesure de pouvoir sérieusement remédier. Riche de sa connaissance de l’actualité mais aussi de celle des fondements historiques de la société contemporaine, Paul Jorion avance l’idée d’une situation de crise qui se résoudrait dans une attitude de changement radical mais aussi dans un retour à un système contrôlable, analysable. Il propose un pas en arrière où l’on piocherait les bonnes idées sans reproduire les mêmes erreurs, afin d’établir un système économique durable : « Détricoter ne suffit plus, il faut proposer des solutions à long terme ». Il illustrait cette idée d’une forme de retour salvatrice par l’exemple des frontières qu’il ne s’agit peut-être pas d’abolir à tout prix mais bien de penser autrement.


ECHANGES

Pour les échanges qui ont suivi, se sont joints à Eric Troussicot et Paul Jorion : Bruce Bégout, maître de conférence à l’université Bordeaux III, philosophe et écrivain (L’expérience de Las Vegas, 2002, Lieux communs, 2003 ou Le park, 2010 tous trois publiés chez Allia), spécialiste de la phénoménologie selon Husserl et dont le travail se fonde sur une observation du quotidien et des lieux de vie ; Mathieu Larnaudie, étudiant en lettres et philosophie, écrivain et co-directeur de la revue et des éditions Inculte, qui procède notamment dans ses ouvrages à une critique du discours dominant (Pôle de résidence momentanée, éditions Les petits matins, 2007) et à une mise en perspective de la crise de 2008 et des banques qui y ont contribué et l’ont subit (Les Effondrés, éditions Actes Sud, 2010) ; Jean-Baptiste Naudy de Société Réaliste qui présentait la démarche de la coopérative artistique plus tard dans la soirée ; et Jean-Éric Malabre président de l’ANAFé, Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers créée en 1989 qui assure un soutien juridique et humanitaire aux étrangers localisés aux frontières françaises. Le travail de l’association pour faire respecter les droits fondamentaux des étrangers lors de ces situations délicates a introduit un questionnement collectif et un récit d’expériences diverses autour de la notion de frontière aujourd’hui : une zone où s’exerce un pouvoir administratif et politique démesuré, unique et mal connu. Le paradoxe entre l’hyper mobilité caractéristique de notre époque et l’hyper mobilisme social en recrudescence a également été mis en perspective lors de cet échange. La frontière devient un point critique, une zone de tension dans un monde où le genre humain se détermine par ses échanges mais aussi par ses différences avec l’altérité, où règnent en maîtres mots propriété et territorialité. Les intervenants proposaient des modèles de frontières hors normes : l’idée de contrôle des frontières par la liberté fait partie intégrante de la démarche de Société Réaliste, Paul Jorion développait sur un monde de flux numérique cosmopolite de fait et où la seule frontière encore en vigueur est le langage spécifique des spécialistes du cyberespace, et Bruce Bégout, en réponse aux fantasmes d’infinitude dispensés par la science fiction positiviste, rappelait la nécessité pour le genre humain d’envisager de nouveau les frontières naturelles qui régissent son monde, un monde où le bon et le mauvais, le dehors et le dedans ne sont qu’affaires de représentations déterminées à partir de notre seul système de pensée.

ILLUSIONS

Transversalité et lisières du travail périphérique de Société Réaliste.

Jean-Baptiste Naudy, l’un des deux membres fondateurs de Société Réaliste, présentait en soirée la coopérative artistique parisienne qui s’attache au démantèlement et au détournement des représentations et mythologies qui forgent le système politique et économique de la société contemporaine. Avec une ironie et une lucidité déconcertantes, Société Réaliste s’adonne à un art de la marge et du décalage pour traiter des grands thèmes qui fondent l’ère post moderniste : de l’architecture (Ministère de l’architecture) à la numismatique (Marka), en passant par une vaste exploration topographique, plastique et sémantique des murs et des frontières de notre monde (Limes New Roman, Etats donnés). Leur dernier projet Empire, State, Building était présenté au Jeu de Paume à Paris au printemps dernier.

Cockpit par Betamax.

Pour clôturer la soirée et la station 4 du chantier mobile, Nicolas Pradeau et Arnaud Castagné proposaient une nouvelle création sonore et visuelle, Cockpit, embarquant le public dans un voyage aérien contemplatif.

Stéphanie Dauget.

STATION N°4 / FRONTIÈRES CONTEMPORAINES, LISIÈRES…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Inventaire désinventé 1 – Bords, Bordeaux, Borders [26'] par Radio Grenouille.

Télécharger le podcast au format MP3

Crédit photo : Pierre Planchenault

Articles sur le sujet



Ajouter votre commentaire

*